Le parc régional du Haut Languedoc s'interresse au cerf-volant

Le 23 septembre deux cerfs-volistes aérophotographes du club  Ok Mistral ont été conviés à réaliser une démonstration d'aérophotographie sur le domaine d'Enlaure à Labruguière.

 

Cette présentation fut le point d'orgue d'une manifestation à l'initiative du parc naturel régional du haut Languedoc. Prés de 40 invités, dont des élus locaux et régionaux, des scientifiques , les dirigeants et les  acteurs du parc, le directeur du Musée Arthur Batut, des habittants de Labrugière ...étaient présents.

Les objectifs de cette initiative, impulsée par l'une des adhérentes du club OK Mistral, Delphine,  étaient la visite de plusieurs "marqueurs culturel" situés autour de Labruguière, qui , comme chacun sait,  est le berceau de la photographie aérienne et  par cerf-volant. en particulier.

La finalité de cette démarche est la création d'un observatoire des paysages du haut Languedoc et par extension de toute la région Languedoc Roussillon. Les enjeux sont d'importance, puisque les modifications rurales induites par les activités humaines (densification ou désertification, jachères ou développement forestiers…) ont un impact sur les paysages et les villages de ces zones rurales. Impact visible du sol , mais encore plus évident vu du ciel.

L'implication de notre club était donc attendue, car de sa qualité démonstrative et pédagogique dépendra certainement  l'utilisation des outils cerfs-volistes pour réaliser des inventaires paysagers en préalables aux décisions à venir dans la gestion de ces zones.

 

C'est donc avec une certaine pression que nous avons abordé la préparation de notre intervention.

Le Domaine d' Enlaure (propriété familiale d'Arthur Batut) est constituée d'un pré entouré d'arbres centenaires, donc,  une aérologie basse complètement imprévisible. Pour couronner le tout un vent de nord Est violent et en rafale ( 8 à 9 Beaufort)  nous a passablement stressé.

Hors de question d'utiliser des Rokkakus  ou un powersled de 4m2, traction estimée à 40kg par un tel vent. Les essais avec un pilote flowform de 3m2, se sont terminés en haut d'un arbre. Nous avons donc pris la décision d'utiliser le F10 issu de l'adaptation du delta Conyne pour des vents supérieurs à 60 km/h.

Ce cerf-volant de moins de 2m2 nous a surpris, une fois de plus, par sa stabilité et une force de traction , ce jour là, estimée à plus de 20 kg.

 

A 11 heures précises, lors de l'arrivée de la délégation, nous étions opérationnels et nous avons pu expliquer techniquement la démarche et réaliser des prises de vues radio-commandées jusqu'à une altitude de 300m. Certaines vues, malgré un ciel couvert , malgré les turbulences et la vibration, intense du câble de retenue furent exploitables. Il est évident que dans les conditions idéales de prises de vues aériennes : lumière et vent laminaire de moins de 50 km/h, nous aurions présenté un maillage exploitable du paysage autour de ce domaine.

Nos interlocuteurs ont été impressionnés par la maitrise du vol de cerfs-volants dans de telles conditions, et la faisabilité technique de ce moyen d'investigation.

A une époque ou  beaucoup de facteurs  financiers, environnementaux, technologiques…contrarient, voir interdisent  la mise en œuvre de tels projets d'inventaire  aériens patrimoniaux, le cerf-volant, avec le concours de notre association, aura démontré sa modernité. Notre implication trouvera certainement des prolongements dans les mois et années à venir.

 

Nous rendons un hommage appuyé à Arthur Batut le visionnaire qui a planté les bases de
la photographie paysagère aérienne il y a plus d'un siècle, à son arrière petite fille et à son mari (récemment disparu) Georgie La marque et Serge Allégre qui sont à l'origine de la transmission et de la conservation du patrimoine Arthur Batut et enfin à Serge Négre qui est le créateur et le directeur d'un musée exceptionnel et plus moderne que jamais.

 

 

Serge Allègre

 

Musée Arthur Batut

Parc du haut Languedoc